Les énigmes de Morenci :

 la croix

Cette photographie, prise à la fin des années soixante-dix, montre la croix de Morenci telle qu'on pouvait la voir à l'époque : de petite taille, montée sur un socle et portant deux motifs sculptés :

- un visage sans expression, grossièrement taillé, de 22 centimètres sur 18,

- un symbole de 22 centimètres sur 14, se présentant sous la forme d'un 8.

 

Ces deux sculptures sont antérieures à la croix qui aurait été taillée autour pour "christianiser" le site au XVIIe siècle. En effet, comme nous le verrons à propos du Roc de la Fougasse, des cultes solaires ont été jadis pratiqués à cet endroit.

Le symbole " 8 " n'est aucunement un chiffre, mais représente deux cercles tangents qui figureraient les positions extrêmes du soleil (la plus haute et la plus basse) au cours de l'année. Nous verrons cependant dans la page consacrée aux signes gravés sur les rochers que cette explication, proposée par Fernand Niel (in "Les Cathares de Montségur", Robert Laffon), se trouve infirmée, de notre point de vue, par la découverte d'un deuxième symbole semblable, mais disposé autrement.

 

Notons la facture particulière de ce signe : nous la retrouverons lors de l'examen de certains signes gravés. Les deux cercles en relief qui composent le "8" sont épais et bombés. Ils ont été obtenus par ablation du calcaire tout autour du symbole et dans la partie centrale des motifs circulaires.

 

Etrangement, ce symbole trouve un écho dans la montagne de Tabe, toute proche, sous la forme d'un double cromlech dont l'existence a été formellement attestée avant qu'il ne soit enseveli sous les déblais de l'exploitation minière de Luzenac.

 

Hélas, les vandales sont passés... une première fois.

Voici la croix de Morenci, quelques années plus tard. Elle a été partiellement détruite, par des coups de feu. Les impacts, accusés par l'érosion, sont nettement visibles. 

Une restauration partielle a permis de limiter les dégradations dues aux intempéries. Le visage, cependant, était déjà

brisé.

Et puis, en 2007, d'autres vandales sont venus :

la croix entière a été détruite par l'impact (volontaire) d'un véhicule. Il n'en restait alors que la stèle fissurée... et les souvenirs. 

Photo par NeoO9 : http://xcrosseur.09.free.fr/

Une date (1789) est gravée à la base de la croix. Il est toutefois certain qu'elle n'a rien à voir avec l'érection du monument ni avec les sculptures qu'il porte.

Cette saga s'est terminée par un heureux évènement :

la croix, totalement restaurée, a retrouvé sa place, les fragments du visage ayant été conservés par la mairiede Benaix (information due à la courtoisie de M. Jean-François Devaux).

Rendons nous à présent au

roc de la Fougasse

  • google-plus-square
  • Twitter Square
  • facebook-square

Copyright Claire et Robert Belmas

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now