Les énigmes de Morenci :

les signes sur les rochers

De part et d'autre de la croix de Morenci s'étend une crête boisée, percée de rochers pareils à l'épine dorsale d'un monstre enfoui. Fernand Niel (in "Les Cathares de Montségur", ed. Robert Laffont) a signalé la présence de signes gravés sur ces rocs émergents. Les plus caractéristiques sont visibles sur le rocher qui se dresse au point culminant de la crête et fait irrésistiblement songer un autel primitif. Compte tenu de sa topologie et de son orientation, le lieu aurait en effet pu servir d'observatoire et de temple naturel pour les cultes solaires pratiqués dans la région, dont le roc de la Fougasse est un autre vestige.

Bien que ces symboles soient très érodés, il est incontestable que nombre d 'entre eux sont le fruit de gravures dans le rocher. Fernand Niel prétend en avoir identifié bien d'autres. Nous laisserons aux spécialistes le soin de juger de leur réalité, des phénomènes naturels  pouvant aussi produire des formes régulières (voir photo de droite : cupule ou érosion ?).

 

Quoi qu'il en soit, nous tiendrons pour incontestables les gravures qui font apparaître des reliefs réguliers par creusement de part et d'autre du symbole. C'est ainsi que nous avons identifié deux cercles tangents très voisins par leur facture et leurs dimensions (diamètre, épaisseur, bombement) de ceux gravés sur la croix de Morenci.

Les deux cercles sont séparés par une fissure dans le rocher. Les clichés ci-dessus ainsi que les tracés en pointillé rouge mettent en évidence leurs contours et leur forme bombée, tout à fait semblables à ceux du "8" de la croix. La disposition  quasi horizontale de ces deux cercles tend à infirmer l'interprétation par Fernand Niel du symbole de la croix. Mais l'hypothèse d'un lien avec le double cromlech de la montagne de Tabe ne peut être écartée.

Sur ce point, notons qu'un seul autre double cromlech est connu en France (il se trouve dans le Morbihan). La signification de ces deux édifices pourrait être l'indication de l'existence d'un autre territoire de l'autre côté d'une barrière naturelle : Pyrénées pour l'un,  et mer pour l'autre (information due à la courtoisie de M. Jean-François Devaux).

 

Allons maintenant au monolithe

  • google-plus-square
  • Twitter Square
  • facebook-square

Copyright Claire et Robert Belmas

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now