Les moulins à turbines de l'Alzou

Le moulin de Sirogne

Moins endommagé que celui de Boulégou, le moulin de Sirogne se présente sous la forme d'un édifice massif à plusieurs étages,  flanqué d'une lourde retenue de pierres sèches. De petits bâtiments annexes se trouvent également à proximité. Ce moulin a été bâti au XVIe siècle. Il porte la nom de la famille qui l'habitait alors. La fin de son activité coïncide avec la première guerre mondiale dont l'impact s'est fait durement sentir chez les populations rurales du sud de la France.

L'examen de ces vestiges nous donne des indications sur le système hydraulique de fonctionnement de l'édifice et en particulier sur le rôle de la retenue qui permet de diriger une partie de l'eau de la rivière dans un bief (sorte de canal amenant l'eau au moulin), et aussi de créer ou d'augmenter le dénivelé entre l'amont et l'aval du moulin. La force motrice de l'eau s'en trouvait ainsi augmentée.

Le mur le plus massif du moulin, et sur sa droite, la retenue,

du côté aval.

En amont du moulin, le lit de l'Alzou et la retenue qui  dirigeait une partie de l'eau dans le bief.

L'examen de l'intérieur du moulin fait apparaître les meules (partiellement enfouies sous la végétation, et, comme à Boulégou l'accès par une fente au local des turbines 

Au-dessus,  se trouvait un étage  d'habitation avec notamment une bouche de four (photos de gauche) et plusieurs fenêtres (à droite).

Notre prochaine étape au Moulin de la Mouline nous permettra de compléter ces quelques notions sur l'hydraulique des moulins à turbines.  

 

  • google-plus-square
  • Twitter Square
  • facebook-square

Copyright Claire et Robert Belmas

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now