Les moulins à turbine de l'Alzou

Le moulin de Tournefeuille

Ce moulin est l'un des plus beaux et des mieux conservés de la vallée de l'Alzou. Ses abords ont été bien dégagés,  ce qui en rend l'accès et l'examen commodes, et une restauration partielle soignée a bien mis en valeur le site et les diverses parties du bâtiment. Cette exploitation était manifestement plus étendue que celles que nous avons déjà visitées au cours de notre randonnée virtuelle.

La vue en longueur (à gauche) permet de prendre la mesure de l'édifice. Parmi plusieurs locaux, on distingue notamment des passages pavés, la salle des meules (voir les détails sur la photo du centre) et les locaux d'habitation sur deux niveaux avec un âtre et une cheminée en briques (photo de droite).

Mais surtout, nous pouvons accéder cette fois à l'âme motrice de l'édifice :

le compartiment des turbines.

Des locaux voûtés ont ainsi été aménagés juste en dessous de la salle des meules. C'était là que se trouvaient les turbines, mues par l'eau amenée par le bief. Le local ci-dessus en accueillait deux. Celle de gauche  a disparu, mais celle de droite est toujours là.

Cette turbine est encore bien conservée et son fonctionnement est aisément compréhensible : un ensemble de pales se trouvait dans un récipient circulaire (initialement fermé) équipé d'une entrée par laquelle l'eau pénétrait et exerçait une action de poussée, ce qui mettait les pales en rotation.

Encore fallait-il transmettre cette rotation aux meules de l'étage supérieur...

Cette transmission se faisait par l'intermédiaire de deux axes : l'un en bois, solidaire des pales, l'autre en métal, relié à l'axe en bois à un bout, et à la meule à l'autre. Sur la vue de gauche, la turbine est invisible, probablement ensevelie, mais l'on distingue bien un tronçon de l'axe de bois, de même que sur la vue du centre. L'axe de métal, lui, est visible sur les photos de gauche et surtout de droite où on le voit émerger du compartiment des turbines par la fente qui donne accès au local des meules.

Mais la mise en rotation d'une lourde meule de pierre exigeait

une solide liaison avec l'axe de métal...

Cette liaison était réalisée à l'aide d'un outil particulier en forme "d'ailes de papillon", fixé à l'extrémité supérieure de l'axe métallique, et inséré dans une empreinte de même forme creusée dans la meule. Un tel outil est visible sur la photo de gauche,  et celle du centre montre une empreinte destinée à le recevoir. Un "papillon" encore inséré dans sa meule est montré sur la photo de droite.

Nous connaissons à présent tous les éléments essentiels du fonctionnement des moulins à turbine. Notre randonnée va maintenant nous conduire au plus spectaculaire des moulins de l'Alzou. Sa visite nous permettra de compléter nos connaissances sur l'amenée de l'eau et son injection dans le compartiment des turbines.

 

En route donc pour le moulin du Saut !

  • google-plus-square
  • Twitter Square
  • facebook-square

Copyright Claire et Robert Belmas

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now